Ta maison, ta maison est la maison de tout lemonde, et, du moment où l'on paye, on est chez soi. Oui, mais tu ne payeras pas, toi. Et pourquoi cela . Parce que je ne veux pas de ton argent, Or, commetu ne payeras pas, tu ne seras pas chez toi, mais chez moi . et, comme tu seras chez moi, j'aurai le droit de le mettre à la porte, Oui, si tu es le plusfort. Si je ne suis pas le plus fort, j'appellerai mes garçons. Eh bien , appelle un peu, que nous voyions. pull lacoste pas cher, Le cabaretier avait appele, trois garçons,prévenus d'avance, étaient entrés à sa voix, chacun avec un bâton à la main, et force avait été à l'ouvrier, si bonne envie qu'il eût de résister, de seretirer sans mot dire, Alors il était sorti, avait erré quelque temps par la ville, et, à l'heure du dîner, il était entré chez le gargotier où les ouvriersavaient l'habitude de prendre leurs repas. Il venait de manger sa soupe quand les ouvriers, qui avaient fini leur journée, entrèrent. En l'apercevant, ilss'arrêtèrent au seuil, et, appelant l'hôte, lui déclarèrent IX LES TOMBEAUX DE SAINTDENIS. 87 Page 91 Les mille et un fantomes que, si cet hommecontinuait à prendre ses repas chez lui, ils déserteraient sa maison depuis le premier jusqu'au dernier. Le gargotier demanda ce qu'avait fait cet homme,qui était ainsi en proie à la réprobation générale, On lui dit que c'était l'homme qui avait donné un soufflet à Henri IV. Alors, sors d'ici , dit legargotier en s'avançant vers lui, et puisse ce que tu as mangé te servir de poison , Il y avait encore moins possibilité de résister chez le gargotier quechez le marchand de vin. L'ouvrier maudit se leva en menaçant ses camarades, qui s'écartèrent devant lui, non pas à cause des menaces qu'il avait proférées,mais à cause de la profanation qu'il avait commise, Il sortit la rage dans le coeur, erra une partie de la soirée dans les rues de SaintDenis, jurant etblasphémant. lacoste pas chere Puis, vers les dix heures, il s'achemina vers son garni. Contre l'habitude de la maison, les portes étaient fermées. Il frappa à la porte, Lelogeur parut à une fenêtre, Comme il faisait nuit sombre, il ne put reconnaître celui qui frappait. Qui êtesvous . demandatil. L'ouvrier se nomma. Ah , ditle logeur, c'est toi qui as donné un soufflet à Henri IV .